La Naturopathie


La naturopathie, bien qu’elle soit dans une progression mondiale rapide et récente, est une notion qui existe depuis des siècles, les premières traces datant des papyrus de l’Ancienne Égypte au 16e siècle avant J.C. L’approche holistique du traitement avec l’utilisation de plantes et d’aliments spécifiques, des massages, ou encore des rituels et méditations, étaient le quotidien des Égyptiens. Les Grecs quant à eux séparaient l’univers en quatre éléments essentiels à la vie : le feu, l’eau, la terre et l’air. Enfin, Hippocrate mentionnait le fait que l’homme pouvait prévenir les maladies et le mal-être en adoptant une hygiène de vie appropriée laquelle maintenait alors un équilibre entre les quatre humeurs (sanguine, mélancolique, phlègmatique et colérique). La prévention puis le traitement par les médecines naturelles si besoin est, et enfin le renversement des effets néfastes sont les principes de base de cette médecine intégrative et complémentaire qui utilise à la fois les plantes et une alimentation appropriée.


Il n’est point de notre intention d’écarter les principes de la médecine conventionnelle. La naturopathie se place en médecine alternative, complémentaire, aux côtés de la pratique conventionnelle.


Elles est basée sur sept principes fondamentaux qui sont:

1- Le pouvoir guérissant naturel (vis medicatrix naturae)

2- Identification et traitement de la cause (tolle causam)

3- En premier, ne blesse pas (primum non nocere)

4- Traitement de la personne en tant que tout (holism)

5- Le médecin est un enseignant (docere)

6- La prévention est le meilleur des remèdes

7- Établir la santé et le bien-être


Le premier principe fondamental de l’approche intégrative naturopathique est que le corps de chaque être vivant a le pouvoir de se traiter par lui-même.

Afin de pouvoir mettre en œuvre ce mécanisme d’auto-guérison, le corps doit pouvoir bénéficier en tout temps d’une bonne hygiène de vie.

À l’instar de la pratique de la médicine conventionnelle qui relève de la science pure, pour laquelle une solide formation universitaire est nécessaire à son application sur les êtres humains, au quotidien l’hygiène de vie se définit comme étant l’art de conserver la santé, de prévenir la maladie et de recouvrer la santé.

Chacun d’entre nous doit se préoccuper de cet entretien quotidien du corps et de l’esprit afin d’en garder un fonctionnement optimal.

La santé réfère au résultat naturel de l’intégrité et de l’harmonie des fonctions de l’ensemble des organes composant le corps.

L’homme physique qui veut avoir les forces nécessaires pour remplir ses différents devoirs au sein de la Société, doit demeurer fidèlement attaché aux préceptes des lois hygiéniques sous peine de maladies ou même de mort prématurée.


De la médicine intégrative

Autant l’intervention d’un professionnel de la pratique allopathique médicale peut s’avérer nécessaire à un moment donné, l’hygiène quant à elle se manifeste chaque jour en amont de façon personnelle.

Cependant, nous nous devons ici de préciser que la pratique d’une bonne hygiène de vie fait aussi part entière de la médicine, une technique alternative, qui pratiquée de façon habituelle et adaptée à chacun, permet une approche différente de la prévention et du traitement des maux touchant le corps et l’esprit.

L’individu ne respectant pas les lois d’hygiène au quotidien ne pourra garder la santé. En effet, un défaut d’hygiène de vie augmente la toxémie (niveau de toxines non évacuées) du corps, ce qui entraîne la survenue de la maladie. L’éducation à un nouveau style de vie hygiénique s’impose alors chez cet individu avec le concours de professionnels en la matière, tel qu’un Médecin Naturopathe, un Éducateur à la Santé, un Nutritionniste, un Psychologue, etc.

À savoir, cette médicine alternative, dite intégrative comprend aussi bien une bonne hygiène alimentaire, physique et morale.

Il en va de soi que pour chacun d’entre nous, la santé est le bien le plus précieux à conserver. Que cela soit pour l’homme comme l’animal il est de nature instinctive de préserver ce bien. Or, l’homme qui contrairement à l’animal, possède la raison, le pouvoir d’analyse et de déduction, n’accorde – t - il que si peu de son temps à la pratique des lois hygiéniques ?

De la constitution de l’Homme

De l’examen constitutionnel de l’Homme, aussi bien physique que moral, il en résulte un être doté de merveilleuses facultés diverses, dont une certaine puissance.

Cette puissance associée à ses multiples aptitudes, se manifestant par son intelligence, lui permet de régner en maître sur tout ce qui l’entoure. En effet, depuis des décennies l’Homme acheva de nombreuses transformations lui enseignant les diverses façons de garder un certain bien-être et de jouir plus longuement d’une bonne santé. De la pratique de la “Chasse et Cueillette”, en passant par les différents épisodes de famines et épidémies, aujourd’hui l’on sait au combien il est important d’accorder plus d’intérêt à nos habitudes de vie.



De l’esprit et du Corps

De plus, nous ne pouvons nous abstenir de noter la relation existentielle entre l’esprit et le corps. Un esprit sain dans un corps malade ne saurait prendre toute sa vigueur, comme d’ailleurs l’altération du moral agit négativement sur le physique.

L’hygiène psychologique est un élément clé de la santé de l’homme. Il ne saurait être contredit que la personne subissant un dérèglement psychologique, ne serait-ce que momentané, puisse conserver une santé physique optimale.

La pratique d’une médicine intégrative tient compte du bien-être de l’être en tant qu’un tout.


De l’empreinte génétique

Par ailleurs, il ne serait pas convenable de laisser de côté les manifestations génétiques, nos empreintes héréditaires.

En effet, chacun d’entre nous devons prendre en considération différents paramètres tels que notre âge, notre sexe, notre transmission ADN, etc. Cette différence de constitution native va en quelque sorte guider notre manière et nos moyens de préserver notre santé. Il est, de fait, impossible de donner une seule approche, formule hygiénique convenable à tout le monde. De la même façon qu’il serait inapproprié de prescrire un seul et même médicament à toutes les personnes désirant conserver leur santé.


De l’éducation à la santé

Enfin, il faut aussi souligner qu’il est important d’apporter les connaissances nécessaires dès le plus jeune âge quant aux règles hygiéniques.

Comme nous le rencontrons trop souvent encore aujourd’hui, bon nombre de jeunes élèves ne possèdent aucun apprentissage sur le fonctionnement de l’organisme dans la réalité.

La connexion entre le corps, l’esprit et les modes de vie, n’est que trop peu abordée au sein des établissements scolaires.

Il est en effet établi que le manque d’éducation en la matière développe une insuffisance hygiénique auprès des jeunes gens. Une base solide doit être construire au plus tôt afin de pouvoir déceler tout au long de la vie ce qui est impératif de faire ou d’éviter concernant les conditions pouvant interférer dans la préservation de la santé.

Nous voulons juste dans cet ouvrage faire connaître au grand public ce qu’il lui est indispensable de savoir, regrouper dans un ordre simplifié ce qui est important à retenir et à pratiquer au quotidien, afin de préserver une bonne santé ou bien de la recouvrir par un bien – être et un nouveau style de vie adapté.


Des sept principes fondamentaux de la naturopathie

1- Le pouvoir guérissant naturel (vis medicatrix naturae)

La première chose ici est de reconnaître et respecter le pouvoir de la nature sur les êtres. Cette force naturelle dicte les lois de notre corps, son comportement aussi bien d’un point de vue externe qu’interne. Les influences quotidiennes environnementales dirigent la balance organique. Le corps lui-même agit et réagit suivant les lois de cette force.

2- Identification et traitement de la cause (tolle causam)

Toutes maladies ne sont qu’exception. La santé est la fonction normale du corps. Il convient alors d’admettre que pour chaque dysfonctionnement, maladie il existe une cause. Le rôle du naturopathe est alors de trouver cette cause et de l’enrailler afin que l’état normal de santé puisse être recouvré. Les symptômes ne sont alors qu’un signe de ce dysfonctionnement.

3- En premier, ne blesse pas (primum non nocere)

Ce principe reflète le fait que le naturopathe ne doit en aucune manière blesser sont patient. Ceci faisant référence aux pratiques ancestrales utilisées parfois douloureuses afin de traiter un patient.


4- Traitement de la personne en tant que tout (holism)

La santé et la maladie sont le résultat d’une interaction entre les différents états émotionnel, physique, mental, spirituel, social, familial et occupationnel.

De fait, il convient d’entretenir et promouvoir le tout en gardant un bon équilibre de l’ensemble de ces facteurs.

5- Le médecin est un enseignant (docere)

Le naturopathe n’est autre qu’un enseignant d’une bonne hygiène de vie. De sa notion latine, le mot docteur (docere) signifie “enseignant”. Rappelons-nous que le corps a le pouvoir naturel de s’auto-guérir sans l’intervention de l’homme. C’est dans cette perspective de guide du bien-être et de la santé qu’agit le naturopathe.

6- La prévention est le meilleur des remèdes (preventare)

Prévenir par l’éducation à la santé est le rôle majeur du naturopathe.


Enfin, je me dois d’ajouter ici que le naturopathe, non seulement prévient la maladie par un enseignement des bonnes pratiques hygiéniques quotidiennes telles que promouvoir la respiration d’un air frais et pur, s’abreuver d’eau propre et pure, se reposer, se nourrir correctement et enfin utiliser les plantes sous toutes ses formes aussi bien comme remède que nutriments, mais il rétablit aussi de fait la santé et le bien-être chez son patient, ce qui correspondant au septième et dernier principe fondamental de la pratique de la naturopathie.


Quelques règles à respecter:

· Manger un assortiment de fruits et légumes (assiette “arc-en-ciel”)

· Réduire l’exposition aux pesticides, métaux lourds, et additifs alimentaires

· Manger de façon appropriée afin de réguler votre glucose sanguin

· Ne pas trop consommer d’aliments provenant d’animaux

· Manger les bons lipides

· Ne pas trop saler et privilégier le potassium

· Prendre toutes les mesures d’hygiène alimentaire nécessaires afin d’éviter toute contamination des aliments

· Boire suffisamment d’eau pure chaque jour

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout